Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau eprouvette recherche

GIP PÔLE BOURGOGNE VIGNE ET VIN

Quantification in situ et par modélisation des variations du succès reproductifs des insectes de la vigne : flavescence dorée et vers de la grappe

Porteur(s) : Université de Bourgogne

Responsable(s) scientifique(s) : Marie-Charlotte Anstett, Jérôme Moreau (UMR Biogéosciences)

Coût total 2016 : 10 000 € (soutien FEDER : 4 500 €)

Financeur(s) : Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté ; Université de Bourgogne ; FEDER

RBFC logo logo uB filet orange bloc-logos-feder

 

Présentation

Si durant la seconde moitié du XXème siècle, les insecticides ont représenté une solution aux pertes causées par les insectes phytophages, leur toxicité reconnue pour l’environnement et la santé humaine impose une réduction de leur usage (e.g. plan Ecophyto, développement du bio…). Différentes techniques alternatives de biocontrôle existent ou sont en cours de développement. Elles demandent pour la plupart une véritable approche raisonnée basée sur une connaissance fine de l’écologie des ravageurs, de leur dynamique de population, et de leurs interactions avec leurs plantes hôtes qui permettent une bonne analyse des risques de dégâts. La compréhension des variations des dynamiques de population de ravageurs fait parfois défaut. Dans ce cadre théorique et en considérant deux des plus grands ravageurs des vignobles, nous proposons :

1. Amélioration des techniques d’évaluation de la densité de population de cicadelles

Un contrôle fin des populations de ravageurs demande de pouvoir mesurer leur nombre avec précision. Si les tailles de population adultes de la cicadelle de la Flavescence dorée (Scaphoideus titanus) sont suffisamment bien estimées par capture sur pièges jaunes, le résultat des comptages des larves est beaucoup moins précis puisqu’il dépend, non seulement de l’expérimentateur, mais aussi de la date de comptage. Environ 1 mois après les premières émergences, on observe une diminution voire une disparition du nombre de larves comptées. Différentes méthodes de captures et de comptages d’insectes seront testées pour affiner les estimations de nombre de larves, en particulier pour les stades 3 à 5.

2. Modélisation du risque de diffusion de la Flavescence Dorée (FD)

La Bourgogne est une des seules régions françaises où l’implication de tous dans les prospections et la lutte contre la FD permet de contenir la FD avec un recours aux insecticides en diminution. Ces stratégies demandent une analyse de risque fine pour laquelle les données manquent parfois. En se basant sur la structure du modèle spatialisé développé, sera modélisée la probabilité de transmission du phytoplasme de la FD à partir d’un plant malade selon les facteurs suivants : distance au pied malade, concentration en phytoplasme de la plante malade, densité de population de cicadelle, dynamique de multiplication du phytoplasme dans la cicadelle et probabilité d’injection du phytoplasme lors d’un repas. L’intégration de ces facteurs dans un modèle spatialisé prenant en compte l’aspect quantitatif de la maladie permettra d’approcher les variations de probabilité de dispersion de la FD en fonction du temps et de l’espace.

3. Investissement parental mâle dans le succès reproducteur des vers de la grappe

Les modèles classiques de prédiction de taille de population de ravageurs considèrent le nombre de descendants par femelle. Cependant les vers de la grappe mâles offrent à leur femelle un « cadeau nuptial » protéique, dont la qualité peut faire varier le nombre de descendants de la femelle (et potentiellement la taille de la population) du simple au double. A partir de vers de la grappe mâles prélevés au champ, on quantifiera les effets cépage et région sur l’investissement mâle (taille du spermatophore et contenu en protéines) et son effet sur le succès reproducteur des femelles fécondées par ces mâles (nombre, survie et éclosion des œufs, dynamique de ponte). L’impact de cet investissement parental male sur les tailles de populations pourra alors être quantifié et permettra ainsi de savoir si cet investissement mâle doit être incorporé dans les modèles classiques de prédiction de la taille de population de ravageurs.

 

logo uB filet orange
 

www.europe-en-franche-comte.eu / www.europe-bourgogne.eu / http://ec.europa.eu

Université de Bourgogne